L'histoire de la RDC, c'est aussi avec les catholiques


RDC
Un manifestant aux couleurs de la RDC à Lubumbashi, lors d'une marche pro-Moïse Katumbi. Photo Didier Makal, 2016.
Je suis curieux de constater qu'on ne rappelle la laïcité de l'État congolais qu'à l'occasion de l'appel des laïcs catholiques à marcher. Heureusement, ce sont les laïcs, et non le clergé! Si ce propos vous énerve, alors ne prenez pas la peine de le lire. Car je défends le droit des catholiques d'exprimer leurs opinions politiques. Déjà, notez que l'histoire de la RDC s'est écrite avec les catholiques. Mais cela ne fait pas une religion d'Etat.
Mais où sont les intellectuels, les juristes, quand certains religieux déifient les dirigeants politiques?
Et puis, la Constitution congolaise demande au président élu de jurer "devant Dieu"... et la Nation. Quel Dieu? Un Dieu laïc?
Eglise catholique rdc
La cathédrale Saints Pierre et Paul de Lubumbashi, RDC. Photo Didier Makal

La RDC a une histoire, et elle est faite avec les catholiques en majeure partie
Je me rappelle qu'en son temps, alors que la France voulait plus de laïcité, le président Sarkozy rappelait que la laïcité était sacrée, mais que l'État avait son histoire. C'est ce que je dis ici. La #RDC a son histoire. Et c'est une histoire faite avec le christianisme catholique avant tout. Il faut lire l'histoire. On n'efface pas son histoire un matin. Non.
Je note que ce qui fait mal c'est que les catholiques appellent à marcher. S'ils ont demandé de marcher en faveur du calendrier électoral, je parie que même les chefs des institutions interdites de politique ... (complétez!) iraient marcher.

La démocratie ne peut se faire en excluant. C'est en incluant. Ils veulent marcher, laissez-les faire. S'il y a bavures, il y a la justice pour ça. La justice républicaine, pas les choses qu'on voie parfois. Laissez la démocratie agir, c'est ainsi que se réalisera, et ainsi seulement, l'épithète qui colle au nom de notre pays : la République "démocratique" du Congo.
Le pape François lors de son élection.
Évêques, et même papes, s'ils sont Congolais, ils ont droit à tous les droits
Qu'ils soient évêques, curés de paroisses ou illustres chrétiens catholiques, s'ils sont Congolais, ils sont droit à tous les droits constitutionnels. A commencer par le droit d'affirmer leur citoyenneté, leurs couleurs politiques. Même si pour cela, ils doivent le dire sous une identité religieuse. Jusqu'à preuve du contraire, mélanger politique et religion n'a pas encore été érigé en infraction en RDC, à ma connaissance. 
Et donc, que se taisent ces analyseurs qui pensent que les catholiques, les évêques notamment qu'ils ont en ligne de mire, n'ont pas le droit de dire ce qu'ils pensent de leur pays et de son avenir. A moins de leur dénier ce droit parce qu'ils sont religieux. Alors dans ce cas, on devrait nous dire pour quelle raison Ne Muanda Nsemi a intégré la majorité présidentielle: car il est politico-religieux. Mais aussi, on devrait dire pourquoi tous ces pasteurs autour du président joseph Kabila, puisqu'ils mélangent discours religieux et politique.