Moïse Katumbi s’est présenté devant le procureur de Lubumbashi

Lubumbashi
Arrivée de Moïse Katumbi au palais de la justice à Lubumbashi, 9 mai 2016. Photo M3 Didier
Moïse Katumbi est arrivé au palais de justice par l’avenue Mwepu qui donne à la Place de la poste, entouré de plusieurs fanatiques scandant des slogans. On pouvait entendre « Yo nani oboya Moïse ? », c’est-à-dire (lingala) : « qui es-tu pour refuser Moïse ? ». Ou encore ceci : « Moïse président »
La police qui avait déjà bouclé le périmètre du palais de justice d’au moins 1km2 n’a pas pu stopper la foule qui a gagné l’esplanade du siège de la justice de la province. Là encore, des dizaines de personnes qui l’attendaient l’ont accueilli avec des applaudissements. Avant de passer, Moïse Katumbi s’est arrêté pour les saluer et remercier ceux qui l’ont accompagné.

Jusqu’à 11 heures, une après l’entrée de Moïse Katumbi, l’audition n’avait pas encore commencé, a expliqué un officier de police. Les magistrats ont dû discuter entre eux sur la nature de procédure à entamer : civile ou militaire, comme en témoigne un tweet envoyé par Carine Katumbi, épouse de Moïse Katumbi :
A l’extérieur du palais de justice, une autre ambiance a vécu. La police a passé plus de 30 minutes à repousser les fanatiques de Moïse Katumbi. Elle reste aux limites du périmètre établi par la police, refusant par endroit, de partir sans se rassurer que leur présidents sortira libre de l’audition. Ils soupçonnent, en effet, le pouvoir de vouloir l’arrêter.
A suivre...