Lubumbashi: le journaliste Jacques-Vallon Kabulo arrêté

Journaliste en Danger
Le journaliste Jacques-Vallon Kabulo au cachot du parquet près le Tribunal de grande instance de Lubumbashi.
Le journaliste Jacques-Vallon Kabulo, éditeur de l’hebdomadaire l’Empreinte, de Lubumbashi, a été arrêté vendredi. La veille, il a publié un « rapport-enquête » sur les transactions financières entre la direction de la Gécamines, l’intersyndical et des ministres.
A 16 heures, Jacques-Vallon Kabulo, éditeur et porte-parole de l’ONG Journaliste en danger (JED) s’apprête à quitter le restaurant Vanilla où il s’entretient avec un journaliste qui essaie d’offrir un terrain d’entente avec Kasongo Mabwisha, l’intersyndical de la Générale des carrières et des mines (Gécamines), mis en cause dans le rapport du journaliste et qui menace de le faire arrêter. Entre un
homme qui demande Jacques-Vallon Kabulo. Le gérant du restaurant lui répond qu’il n’est pas là. Quelques minutes après, entre Lumbala, secrétaire de JS Lumpa, une équipe de football proche de Kasongo Mabwisha, qui lui parle. « On s’est mis dehors, explique le journaliste. En sortant, j’ai dit à M. Lumbala, "je suis parti." Les éléments de la police judiciaire, avec un policier, m’ont interpellé. Ils m’ont dit "monsieur Kabulo, c’est vous." Parce que Lumbala vient de nous donner votre signalement. Ils m’ont fait lire un mandat d’amener. »
Jacques-Vallon Kabulo
Couverture du rapport-enquête de Jacques-Vallon Kabulo sur la Gécamines.

De fortes sommes d’argent
A l’origine de cette arrestation, une enquête intitulée « Gécamines : un puits sans fond à la merci de l’individualisme possessif » qui met en cause l’intersyndical de la Gécamines et des ministres dans une affaire de sortie d’argent de la Gécamines (voir la photo). Pour le journaliste, les sommes d’argents sorties de cette entreprise sont assez lourdes pour correspondre aux motifs affichés : les frais de mission, les jeton (collation) de présence à des réunions, par exemple, variant entre 4 et 120.000 USD.

La personne mise en cause ne reconnaît pas ces révélations et a décidé de faire arrêter le journaliste. Jacques-Vallon Kabulo passe vient de passer la nuit au cachot du parquet de Grande instance de Lubumbashi où en arrivant, les cachottiers l’ont battu.
Jacques-Vallon Kabulo
Source: Jacques-Vallon Kabulo (enquête sur la Gécamines).