G7 : Gabriel Kyungu appelle à l’alternance en 2016

Gabriel Kyungu wa Kumwanza, membre du G7 et président de l'Unafec. Photo M3 Didier, Septembre 2015
Gabriel Kyungu wa Kumwanza a appelé, vendredi 25 septembre, Joseph Kabila et le gouvernement de RDC à respecter le délai constitutionnel. Selon lui, il faut qu’il y ait alternance politique en 2016 : un nouveau président élu. Son parti met en garde, « quiconque toucherait à un seul des cheveux » de son président.
C’est en réaction à un quasiment en réaction au déploiement de la police au tour de la basilique Sainte Marie de la commune Kenya, dimanche 20 septembre à Lubumbashi.
Au cours de la conférence de presse qu’il a donnée au siège de son parti, Unafec, Gabriel Kyungu a présenté les priorités sur lesquelles le G7 ne sera pas prêt à transiger lors du dialogue annoncé par le président Joseph Kabila :

  1. ·         L’alternance politique à la tête du pays à travers la présidentielle, en 2016, et
  2. ·         Les législatives.
Au cours de l'échange avec la presse, un journaliste lui a demandé pourquoi dénoncer la volonté d’aller au-delà du mandat présidentiel, lui député provincial hors mandat depuis 2011. Pour le journaliste, les députés provinciaux sont eux aussi, dans ce cas, dans le glissement qu'ils dénoncent aujourd'hui. Pourquoi crier contre Joseph Kabila ?
Kyungu wa Kumwanza note que G7 en est à sa troisième lettre, appelant le président Kabila à respecter la constitution. Mais ces lettres, pour répondre à la question du journaliste, sont plus récentes que le mandat en souffrance des députés provinciaux.

Vous pouvez lire ci-dessous l’historique du live sur Twitter de la conférence de presse de Kyungu wa Kumwanza, au directoire de son parti Unafec.