Les derniers instants du Katanga, un meeting du dernier gouverneur annulé

Un meeting de Moïse Katumbi et Gabriel Kyungu wa Kumwanza annulé, à peine annoncé, un député tout en pleurs pour un Katanga finissant, et des militaires toujours dans la ville depuis fin juin 2015, des images qui resteront peut-être pour peindre l’atmosphère dans Lubumbashi, à la veille de la fin du Katanga.
Un sculpteur tenant la carte du Katanga, à Lubumbashi. Source: Jeune Afrique
Les conversations sont souvent longues, entre journalistes, entre fonctionnaires de l’Etat, entre politiciens et bien entendu, chez les parlementaires debout (ces hommes qui restent longtemps, déjà à 6 heures le matin, en train de discuter des actualités). Tous parlent de la fin du Katanga. Les commentaires sur les réseaux sociaux ne tarissent pas. Sur Facebook, un d’eux lance : « l’enterrement du Katanga reporté au jeudi à 11 heures », déclarant, dans les commentaires, que Katanga au Shaba sous Mobutu, le Katanga est redevenu Katanga ! Un autre politicien déclare lui aussi que "le Katanga reviendra" à sa forme d'avant le 16 juillet 2015.

A lire: 

Identité katangaise ou nostalgie du Katanga finissant

Le Katanga, une fin
A l’assemblée provinciale du Katanga où une réunion devait réunir dans la matinée les présidents des groupes parlementaires, la salle est restée presque vide. Un député, replié sur lui-même et morose, explose en sanglots lorsqu’un journaliste l’aborde sur l’évènement attendu le 16 juillet, l’éclatement du Katanga en quatre provinces, et donc, la fin du Katanga : « qu’est-ce que nous dirons à nos petits enfants ? » Dehors, où de petits groupes de députés se sont formé, plutôt timides, des conversations sur la journée de jeudi. Pas de débat après le rapport de la commission chargée de démembrer le Katanga. « C’est pour ça qu’on a convoqué une plénière extraordinaire ? » interroge un député, furieux, qui aurait voulu un débat. Ce n’est pas en effet, prévu. Si au moins une minute lui était accordée, il dirait ses quatre vérités « à tous ! ».
Mais ils sont aussi nombreux ceux qui attendent que jeudi 16 juillet « arrive enfin ! », pour signer le départ du développement promis de leurs provinces. Dans toutes les futures provinces, comme ceux qui détestent ce jour, ils sont là. Cependant, si l’enthousiasme et la déception alternent, des questions se posent sur la viabilité de certaines provinces.
Un meeting de Katumbi annulé

Moïse katumbi à l'aéroport de Lubumbashi, février 2015
A Lubumbashi, la veille de cette fin du Katanga, on commente aussi l’annulation du meeting de Moïse Katumbi et Kyungu wa Kumwanza, respectivement dernier gouverneur du Katanga et dernier président de l’Assemblée provinciale du Katanga. Ils devaient dire leurs adieux aux Katangais. Mais connaissant leur opposition au démembrement du Katanga, « les autorités » (Kinshasa ?) ont préféré annuler, mercredi vers 20 heures, le meeting. Le maire de Lubumbashi a appelé les médias officiels et privés pour une communication. Ce qui est curieux, c’est sans doute de voir pour la première fois, un maire refuser un meeting à un gouverneur et à un président de l’Assemblée provinciale, quoique jouissant encore (pour quelques heures), des prérogatives liées à leurs responsabilités.