UDPS : Jean Kitule, président de la fédération de Lubumbashi est mort

Jean Kitule Lumbwe, président fédéral de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) est mort mardi 02 juin dans la nuit à Lubumbashi. Il s’est éteint dans une situation épouvantable, vraisemblablement épuisé par des pressions internes de son parti en pleine préparation de la liste des candidats aux provinciales. Des témoins rapportent même des pressions physiques. Ce serait, si c'est confirmé, un mauvais départ pour le processus électoral qui démarre et pour le parti. 
Jean Kitule, président Fédéral de l'UDPS Lubumbashi. PH. M3 Didier, 2014

Consternation et indignation à Lubumbashi pour ceux qui apprennent mardi 02 juin matin que Jean Kitule qu’ils ont vu la veille à la CENI n’est plus. Il y était dans le cadre des démarches sur les formalités à remplir avant le dépôt des candidatures aux provinciales, en retard. Des témoins rapportent qu’il a été suivi par les jeunes de l’UDPS qui l’avaient déjà par le passé agressé et même battu. Ce qui s’est passé ? La situation reste encore confuse, pas assez de précision pour savoir s’il a été touché ou non par ces jeunes. Seulement cette fois, Kitule n’a pas pu résister. Quelques jours avant, il aurait connu une hypotension. Il s’est écroulé et à 1 heure du matin, Kitule s’est éteint. C’est confirmé. Son corps est retenu à la morgue des Cliniques universitaires de Lubumbashi.
Indignations
La première nouvelle est lancée par le journaliste Héritier Maila : « Très touché par la mort du Fédéral UDPS Lubumbashi, Kitule Lumbwe. Son corps est aux cliniques universitaires depuis environ 1H. Toutes mes compassions à la famille... Franchement, la politique congolaise me dégoûte », écrit-il sur sa page Facebook. Les réactions sont nombreuses.
Momo Mulapu, un politique de la majorité au pouvoir ne ménage pas ses mots : « L'UDPS est un fourre-tout!!! La racaille et la pègre réunies!!! » Thierry Mukelekele, lui aussi de la majorité  au pouvoir, préfère tempérer et rester réservé : « Désolé, si c’est naturel gloire soit rendue à Dieu... La perte d’un être humain est douloureuse ! Mes condoléances à la famille UDPS et biologique... » Un autre journaliste, Josée Mukendi s’indigne ce matin sur sa page Facebook : « Politique congolaise dégoûte, elle dégoûte encore... Se tirailler et finalement il a rendu l’âme, espérons que ça soit une mort normale sinon... pas la peine de faire cette politique si... Paix a l'âme du Fédéral de l'UDPS Lubumbashi Jean KITULE LUMBWE »
Et Héritier Maila qui revient avec cette précision : « On ne peut rien confirmer pour les faits qu'on n'a pas vaincus (vécus). Ce qui est vrai, il a subi des pressions internes avant le dépôt des candidatures pour les provinciales. »
Des risques
Des militants de l'UDPS au siège de la CENI au Bas-Congo, mai 2015
Côté Opposition, c’est encore le calme. Pas non plus de réaction à l’UDPS. Sûrement la nouvelle ne s’est pas encore répandu, mais pas au sein du parti. On ignore ce qui pourrait réellement arriver. Jean Kitule est Katangais et si la thèse d’une mort à la suite des pressions ou d’une agression est confirmée, ce n’est pas une bonne nouvelle. D’abord pour l’UDPS qui se prépare aux élections et qui vient seulement, voici environ une semaine, de se réunifier. Ensuite, pas une bonne nouvelle parce que les rivalités Katangais-Kasaïens au sein du parti ne sont pas secrètes. Ce décès risque encore de réveiller les vieux démons des rivalités entre les communautés. Enfin, le désormais ancien président fédéral de l’UDPS est un chef coutumier. On ignore comment son village et sa communauté réagiront à cette nouvelle. S’il est resté à son poste malgré les pressions qui durent des années, c’est parce qu’il est ami d’Etienne Tshisekedi, explique un connaisseur du parti. Une amitié qui aurait commencé au cours d’un séjour en prison, vraisemblablement à Buluo à Likasi, au Katanga.
Depuis le démarrage de dépôts des candidatures aux provinciales, les rivalités au sein du parti d’Etienne Tshisekedi se sont multipliées à Lubumbashi. Au départ le camp dissident avec en tête Bruno Tshibangu a été annoncé omis des listes que le Fédéral Kitule allait déposer à la CENI. Tractations à la limite même des violences. La question a été résolue en interne et les deux tendances se sont réunifiées. Fin 2014, l’arrivée de Félix Tshisekedi au Katanga, accueilli par le comité dissident et non par l’officiel, a encore attisé les rivalités qui existaient déjà. Alors que Bruno Tshibangu était derrière le barreau soupçonné d’avoir lancé des tracts appelant à marcher le 19 janvier à Lubumbashi, des jeunes de l’UDPS avaient « enlevé et séquestré » d’après les mots de Kitule lui-même, crachant sur lui. Certains lui avaient même administré quelques gifles. Il n’a eu la vie sauve que grâce au député Fabien Mutomb de l’UDPS qui l’avait tiré des mains des jeunes dont certains portaient des armes blanches.
Ceci pourrait vous intéresser : UDPS, fin de l'imperium et mise urgente