Ma lettre à François Hollande à l'occasion des archives Foccart

Vous n’êtes pas seulement Charlie, cher François Hollande. Je n’agirai pas comme vos compatriotes de l’Hexagone épris des miracles, si bien qu’ils en viennent à ne pas voir que vous êtes aussi Hutsi, Hutsiz. Enfin, entre compatriotes Charlies, on peut se tutoyer !
Image source: Francetvinfo.fr
J’ai dit compatriote ? Oui en effet. Au pays des Charlies, François Hollande est le président. Pas un président fondateur. Tu ne peux être ni un Chirac, ni un Mitterrand ni moins encore un Sarkozy. Jamais un Foccart ! C’est pourquoi tu as décidé que soient célébrées la clé de notre démocratie et de nos libertés : la vérité et une conscience droite. Je viens donc te dire merci pour cela. Merci surtout pour le Rwanda.


Je voudrai dire que la décision d’ouvrir la boîte de pandore, éventrer  le marabout de la France-Afrique est une preuve que tu restes un président normal. N’end déplaise à ceux qui croient le contraire. Enfin, nous te croyons, nous tes compatriotes Hutsi (Tutsi et Hutu en un !) aux mille collines et zaïrois au bord des lacs. –Mais nous n’épuiserons pas notre crédit de doute depuis ton silence sur Garissa.– Après Rwanda 94 et Opération Turquoise, en effet, naquirent FDLR et plus tard CNDP, M23. Je ne te chargerai de rien comme « le jamais Charlie » Paul Kagame devant qui tous nous tremblons, « Vous » et « Nous ». J’espère que, mon cher compatriote, tu n’ouvres pas le ventre de Foccart pour cimenter une réconciliation avec des anti-Charlies non repentis. S’il te plaît, reste des nôtres. Nous n’avons pas oublié les missiles sol air chez FPR !
Lire l'intégralité de ce texte sur mon second blog: Lubumbashi Infos sur Mondoblog-RFI