Femmes menuisiers à Lubumbashi, Tshama Mwambuyi





Femmes menuisiers,
leur nombre augmente à Lubumbashi. Qui a dit en effet, qu’elles n’en avaient
pas les capacités ? Tables, lits, armoires de bonne qualité, elles savent
en fabriquer aujourd’hui, sans assistance de personne. Voilà qui donne du
sourire, un sourire contagieux comme celui de Tshama Mwambuyi, menuisier
(menuisière ?) depuis 8 ans maintenant.




Mère et mariée, Tshama est menuisier pas comme les
autres. Elle est la deuxième femme à Lubumbashi, après Chouchou la pionnière,
entrée dans ce métier resté depuis des siècles, exclusivement masculin. C’est
d’ailleurs elle qui lui en a inculqué les rudiments. Alors que son restaurant
fermait au marché Vangu, à l’est du centre-ville de Lubumbashi, interdit
par la mairie, elle ne pouvait rien faire qui l’eût valorisée comme femme et
mère. Par bonheur, Chouchou, cette femme qui surprenait la première des lushois
en secouant son rabot et dont les meubles produits étonnaient, l’avait
accueillie. Cette année-là, 2007, Lubumbashi rompait donc avec cette fausse tradition
de la menuiserie comme métier d’homme : deux femmes travaillaient du bois,
comme les hommes. Mais cela resta longtemps encore inconnu du grand public.
Lire la suite de ce texte sur mon second blog sur Mondoblog-RFI.