Violences contre la femme en RDC : Et s’il y avait exagération ?

Un confrère journaliste, Patient-Claudel Tshikamba vient de lancer une discussion dont les réactions des amis sur Facebook m’ont poussé à rédiger ce billet. Il parle du livre « Le temps des décision » d’Hilary Clinton, chef de la diplomatie américaine sous Obama. Surtout, elle est l’épouse de l’ex-président américain Clinton.
Une victime de viol. Source:  www.bomwasi.net
Son commentaire est ainsi libellé : « Chers...j’ai mal au cœur. Je suis en train de lire le livre "Le temps des décisions" de Hillary Rodham Clinton. C'est un gros bouquin de 721 pages ou elle relate son mandat de secrétaire d'Etat. Livre très intéressant... Mais sur la page 338 consacré à son passage en RDC, la toute première phrase est " l'Afrique offre également des exemples édifiants de pays ayant sombré dans le conflit et le chaos." Hillary Clinton d'ajouter : « Il n’existait sans doute pas de zone plus sombre sur la carte (africaine) que le Congo » ... la ville de Goma est la capitale mondiale du Viol. Environ 36 femmes sont violées par jour. Pensez-vous qu’Hillary Clinton a raison? Partageons un peu. »
Le partage a été intéressant. Je vous propose quelques réactions :
 Guellord Malela « Des viols oui mais le chiffre, lui, avait été confirmé sur quel sondage? Il ne doit pas dramatiser aussi avec des fausses affirmations. » Pour Auguy Fortunae Kasongo « Hillary,
comme tous les occidentaux, condamne la guerre et c’est sans relever le rôle que joue son pays. Comme le dit Tiken Jah Fakoli, ils mettent le feu ensuite ils viennent jouer au pompier. Il y a beaucoup de problèmes chez eux, racisme, tueries, ... » Soutenant tout à fait le contraire Ruddy Kielo Lingela a juste le temps de lancer : « Vous perdez votre temps. Celui qui tue le Congolais c'est le Congolais lui-même et non les américains! »
Verno Pradeiro De Suza n’est pas découragé par cette interpellation de Ruddy. Pour lui Hillary Clinton « ternit juste l'image du Congo pour dans raisons politiciennes ». A son avis, dit-il, « nous sommes un pays souverain et nous n'avons aucune leçon à recevoir de qui que ce soit. (…) chez eux on tue des innocents et le racisme se porte bien. (…) Tout le monde sait que la capitale mondiale du viol c'est l’Afrique du sud particulièrement Johannesburg ou on enregistrerait environ 143 cas de viol déclarés par jour ... » Bouclons cette série avec Heritier Mankulu pour qui H. Clinton a raison lorsqu'elle parle de viol. « Quant au nombre, fait-il remarquer, je ne sais pas, néanmoins le problème de viol de nos mamans, de nos sœurs, ...  à Goma n'est plus une actualité de ce fait nous ne devons plus seulement parler mais nous devons nous lever et agir comme on le fait lorsqu'il y a une épidémie (cholera, Ebola) ou une pandémie (SIDA). »
On finit cette salle guerre et finis les violences
J’ai participé à cette discussion sur Facebook. J’ai d’ailleurs répondu le premier. On approchait de 23 heures, heure locale. Malgré cela, nombreux ont réagi ! J’ai eu donc cette réaction :
Une victime des violences... Source: sef-solidarite.over-blog.com
« Mukaleng Makal Didier Peut-être exagéré peut être exact. Mais Clinton s'arrête en route et ne finit pas sa pensée par paresse ou par malice. Son pays produit et vend des armes qui circulent en RDC. Sans armes, pas assez de viol. Les armes accentuent les viols parce qu’elles font peur et servent à neutraliser les victimes. Il est méchant de l'ignorer. Si le Congo est capital de viol, les fabricants d'armes eux sont auteurs des viols au même titre que les violeurs. Un rappoort d’Amnesty international cité dans le documentaire « les armes à abattre » démontre que les USA ont vendu les armes aux groupes rebelles ou à défaut à leurs alliés. Ces armes ont été trouvées. Nous, on n'a pas fabriqué les armes. Nous on n'a pas créé la guerre ... je sais qu'on n'est pas saint pour autant. C injuste de se moquer de ns et de nos victimes à ce point (…) Elle (Hillary Clinton) ne connaît pas la guerre tout comme nombre des pays vendeurs et fabricants de guerres. Le viol est dit désormais arme de guerre. On finit cette sale guerre et tout sera fini. »
Injustice pour le Congo Zaïre
Les violences sexuelles « armes de guerre » ont une histoire en RDC. C'est l'histoire de la violence qui démarre avec le génocide rwandais dans lequel Kagame et l'Occident ont une grande responsabilité. Pas moins que nos politiques !  Elle a pour finalité pour l’orgueil rwandais actuel, d’humilier indéfiniment les congolais.

D’un côté on oblige le Congo d’accueillir les hutu (avec armes en mains) accusés de génocide, armés ; on arme les groupes rebelles, de l’autre, on vient chanter. A un moment, on doit être sérieux. La raison principale de ce drame est la guerre par laquelle les armes circulent dans les Kivu où l'on dénombre le gros des viols de RDC. Si réellement l'on veut la fin de ces violences, il faut arrêter les groupes armés en RDC. Alors tout diminuera. Mais je parie que ce ne sera pas la fin des violences contre la femme. Elles sont des réalités sociales comme tomber malade ou mourir. Seulement en RDC actuellement elles sont dopées par l'insécurité.