Découpage territorial en RDC : Kolwezi risque de tuer!

Kolwezi vient d’être secoué, le lundi 8 décembre dernier, par une marche contre le découpage administratif comme entendu à ce jour, dans le cadre de la décentralisation. L’Association socioculturelle Lwanzo lwa Mikuba demande que Kolwezi soit érigé en province à part entière  et refusent qu’il soit le chef-lieu de la future province du Lualaba comme prévu.
Une carrière minière à Kawama, Lubumbashi. Ph. M3 Didier
La marche a d’abord été interdite par la mairie de Kolwezi avant d’être autorisée. Au moins quatre personnes ont été blessées par balles. L’information publiée sur Facebook a eu cette première réaction de Gilbert Kyungu « Lwanzo lwa mikuba que veut-il? Qu’est-il (faisait) depuis 2006 pour initier cette protestation? Finalement ardemment on veut le découpage d'un côté et puis on refuse d'être annexé de l'autre côté, ça veut dire quoi? Chaque chose a toujours des conséquences bonnes ou mauvaises, surtout lorsqu'il s'agit de perdre l'identité katangaise ça crée des sentiments belliqueux. Lorsque le vin est tiré il faut ... »
La loi sur le découpage déjà votée
La loi cadre fixant les limites, les modalités de ce découpage existe déjà. Et à ce jour, fait remarquer un spécialiste des questions de décentralisation, il est difficile d’espérer une modification. Mais les polémiques n’arrêtent pas d’enfler sur Kolwezi, la capitale du cuivre et du cobalt katangais. On veut Kolwezi comme province dans les limites du district du Lualaba.
Les défenseurs de cette cause, l’Association socioculturelle Luanzo lwa Mikuba dont le groupe ethnique Basanga « originaire de cette région », s’appuient sur un principe de la constitution de la RDC. Ce principe change en provinces les districts actuels sans exclure d’en créer.
Lwanzo lwa Mikuba ne force rien dans ce cas, à mon sens. Mais où l’on rebute, c’est lorsqu’elle ne remet pas le dossier dans son contexte global. Celui-ci renvoi à l’histoire même du Katanga et partant du Congo, à la création définitive des districts, secteurs et territoires actuels. Le principe primordial a
été « la viabilité des entités ». Les territoires « peu viables ou défavorisés étaient regroupés en secteurs » en vue d’en faciliter l’émergence. Il faut voir la densité de la population et les ressources économiques. Que Kolwezi fasse parti de la province du Lualaba comme fixé par cette constitution votée au référendum par la majorité des citoyens dont certains parmi les leaders de Luanwo lwa Mikuba ont venté les bénéfices, il n’y a rien de nouveau à ce pays.
Un blessé de la marche du 8/12/2014 à Kolwezi. Ph. Fr. Kazadi
Plus encore, que le constituant ait ajouté au Lualaba le territoire de Lubudi et toute la partie longeant le fleuve, et même jusqu'aux environs de Tenke, qui n’en faisait pas partie, vient renforcer la thèse de viabilité. Mais ici se pose vite un problème. Qui n’est pas viable : Kolwezi sans Lualaba ou Lualaba sans Kolwezi ? Vous vous en doutez : les deux ! Mais là n’est pas le débat qui m’importe. Je voudrai alerter tout le monde sur les dangers qu’il y a dans cette dispute. Déjà on enregistre des blessés alors que tout cela peut se résoudre sous un manguier. Je suis sur un terrain assez glissant et fort politisé et c’est d’autant malaisé pour moi qui porte des identités du Lualaba. Je n’ai nullement l’ambition de faire de la propagande ou la promotion de quelque opinion que ce soit.
Exclusion et manipulations ?
Je vois dans les yeux des pro et anti Lualaba avec Kolwezi comme chef-lieu des excès porteurs de germes des violences. Pourquoi donc ? Parce que Kolwezi est fort riche en ressources naturelles. « Pourquoi Kolwezi province? Luttons aussi pour que les communes de Manika et de Dilala soient aussi des provinces à part entière » lançait professeur Joseph Yav sur Facebook. Les réactions.
 Thierry M'Siri « N’ayez pas peur que l'actuel District du Lualaba avec comme territoire Kapanga, Dilolo et Kasaji soit une Province, ça sera une très bonne chose. Pourquoi voulez-vous seulement avoir une province a dimension de la France? » Maki Munongo Kibassa Maliba « … Vous parlez des histoires dont (sic) peut-être vous maîtrisez difficilement. Lance sur votre forum les autres sujets, mais pas celui de Kolwezi. » Patrick Mukonki « Prof votre Lualaba à Kasaji, Kolwezi sera aussi une province à part entière, si longue soit la nuit le soleil finira par apparaître n’oublie pas. » Daniel Musomb Mbaz « vous-vous dérangez pour rien, la ville de Kolwezi ne sera pas une province mais restera une ville, la loi organique sur le décourage a été votée au sénat … ». C’est sans commentaire ! Là, les lettrés ne s’entendent pas. Immaginez à quel radicalisation sont exposés ceux à qui on tient le langage, « on ne lâche rien…, c’est chez nous ! »
Je retourne donc dans la constitution puiser un autre argument. La caisse nationale de péréquation. Il s’agit d’une caisse dont le but est de venir en aide aux provinces, districts ou territoires défavorisés, pauvres ou sinistrés. Elle contient des fonds venant d’autres provinces. C’est une géniale idée de renforcement de l’idéal d’une nation, d’une solidarité nationale. Que l’on veuille Kolwezi comme province, j’estime que c’est légitime et correct. Mais que l’on refuse de faire corps avec un territoire avec lequel autrefois on n’était qu’un, il y a à se poser des questions. Et j’estime qu’en tout cela, il y a la volonté d’exclure.
Kolwezi: des membres de l'association Lwanzo lwa Mikuba. Ph. Fr Kazadi
Des manipulations dangereuses
La manipulation des populations dans ce dossier tourne lentement au conflit. Le district du Lualaba a pour chef-lieu Kasaji, un centre urbano-rural situé à une centaine des kilomètres de Kolwezi, un peu plus au nord-ouest de Lubumbashi. Avec ses 4 territoires, le Lualaba regroupe plusieurs tribus que certains anthropologues regroupent sous « l’ethnie lunda. Certes, les lunda et chokwe y sont majoritaires. Et cela gêne d’autant plus qu’ils ont tendance à être un peu partout. Des liens forts entre seigneurs de ces tributs existent encore à ce jour.
On parle du district de Lualaba avec pour chef-lieu, Kasaji. Or le Lualaba est le fleuve Congo dans sa cour inférieure. En ce qui me concerne, je vois mal un Lualaba à Kasaji sans le Lualaba (fleuve) qui lui donne ce nom. Est-ce là un lien inextricable entre les peuples de cette région ? Sous le Katanga sécessionniste, cela ne faisait qu’une seule province. Faudra-t-il revenir à la politique de Mobutu : ne pas placer à la tête des provinces, districts et territoires des originaires. La course au pouvoir et aux postes accentue les rivalités et fragilise l’unité nationale.