Casques bleus ukrainiens-Monusco: Aller à la chasse en « Garde Républicaine de RDC »

Après le scandale du trafic des minerais la Mission de l'Onu en RDC essuie un nouveau scandale. Des casques bleus du contingent ukrainien ont été arrêtés avec des tenues militaires des Forces Armées de la RDC dans un trafic qui risque de ternir encore davantage l’image de cette mission que d’aucuns estiment complice des maux congolais.
Les casques bleus ukrainiens. Ph.:Magloire Paluku
Un camion quittait ce jeudi 26 novembre l’aéroport de Goma la capitale du nord Kivu pour, semble-t-il, avec des tenues militaires de la garde républicaine de RDC, pour la ville de Goma ou quelque part dans la région. Il a été arrêté. 6 casques bleus ukrainiens et leur éventuel complice congolais ont été arrêtés, acheminés au siège de l’armée pour y être interrogés.

 Des questions
La seule explication donnée par ces casques bleus ukrainiens sur ce qu’ils allaient faire de ces effets militaires c’est qu’ils allaient s’en servir pour la chasse dans leurs pays. Attendez. Vous rigolez, quoi ? Pour aller à la chasse, dans le pays de ces bons messieurs, on a besoin d’une tenue militaire ou simplement eux, par adulation démentielle du Congo ils aimeraient se faire militaires congolais une fois rentrés au bercail?
Les tenues de la GR-FARDC saisiesPh.:Magloire Paluku
Qui sont-ils ces messieurs, ces casques bleus et pilotes de la Monusco pour qu’ils ignorent que les tenues des flics ne se vendent pas dans un coin de rue ? Ils n’avaient qu’à adresser des demandes à l’armée et cela passerait par des voies balisées, dénuées de tout soupçon. Ce qui devrait être surprenant c’est de savoir dans quelle boutique ces habits ont été achetés. Il n’existe pas de boutique où l’on peut acheter ces habits en RDC. Seule l’armée sait où l’on en fabrique (tenues) et c’est toujours sur commande.
Tentative de corruption
Magloire Paluku, la source des images utilisées dans cet article apporte cette précision sur son compte Facebook :
« Quand le trafic a été détecté, les militaires ukrainiens de la Monusco par leur interprète congolais ont proposé 5000 $ a la Garde Républicaine et les services de sécurité militaire...ils ont d'abord voulu faire croire que ce paquet de tenues était une ration du PAM...après discutions le ton est monté et les FARDC se sont imposées le doit à la gâchette... »
Que les tenues trouvées dans le camion du contingent ukrainien de la Monusco soient celles de la GR garde républicaine, le soupçon peut aller encore loin. Qu'est-ce qui se trame derrière tout ça? 
Un congolais soupçonné de complicité avec les ukrainiensPh.:Magloire Paluku
La GR, en effet, est une division spéciale de l'armée proche de la présidence de la République. Elle est donc proche du chef de l'État et celui qui endosse cette tenue a "accès assez facile" à certains lieux ou mieux peut aisément circuler. Or on sait que l’armée a été plusieurs fois infiltrée. L'histoire l'a prouvé notamment avec le général Bosco Ntaganda resté malgré tout fidèle à Laurent Lunda comme lui, en fuite au Rwanda à ce jour.
La Monusco dans de beaux draps
De principe et c'est un domaine régalien de l'État, personne ne peut ni vendre ni confectionner les accoutrements militaires. Même chose pour la vente des armes. On peut alors supposer, à travers cette situation drôle :
  • Ces casques bleus sont plongés dans ce trafic depuis longtemps et ont des connections avec les rebelles ou des groupes rebelles en structuration.
  •  Il y a un réseau interne au sein de la force onusienne qui fait que ces casques bleus n'ont pas pu être détectés par les paires. Ou, comme c’était à l’aéroport, en Ukraine ou quelque part dans le monde,  des gens se servent des éléments de la Monusco, peut-être pas toute l’institution, pour vendre armes et autres effets aux rebelles contre lesquels la force onusienne est censée lutter.
  •  La Monusco n'a pas l'entier contrôle de ses éléments. Ceci constituerait un scandale pour une mission onusienne et qui plus se targue de maintien de paix.
  • Il y a complicité au sein de l'armée. Alors ce coup de filet est anodin ou tient à une trahison au sein de la mafia. Ne spéculons pas à l'infini.
Ce scandale qui touche désormais au domaine sécuritaire a le pouvoir d'enfoncer la force de l'ONU qui vient d'être repoussée il n'y a pas longtemps à Beni où ni la Monusco ni les FARDC n'arrivent à protéger la population, moins encore à identifier les tueurs.
Ceci constitue à mon sens un complément au rapport que 12 parlementaires congolais viennent de rédiger sur les massacres de Beni, qui impliquerait des complicités parmi les FARDC.
Les casques bleus ukrainiensPh.:Magloire Paluku
La colère de Beni avait quelque chose d'instinctif mieux d'alertant. Il reste toujours incompréhensible en effet, que présentes dans la région, Monusco et FARDC n'arrivent ni à faire peur aux tueurs ni les identifier. Les récents tueurs, d'après certains témoignages, portaient des tenues des FARDC. Dans cette région, on croit que la Monusco distribue des armes aux rebelles ADF. Pour quel résultat, sommairement, répond un politique lushois, « pour longtemps se maintenir longtemps au Congo. Sans guerre, grande rébellion ou instabilité au Congo, ils n’ont pas raison d’être là ».
Finalement, la Monusco qui toujours dénonce les viols (ce qui n'est pas mal), le pillage des richesses de la RDC, l'impunité et le phénomène militaire trafiquants d'armes n'en est pas épargnée. Surtout quand elle prétend apporter la paix et que tous les jours on ne la vit pas dans plusieurs régions, il y a de quoi craindre dans les prochains jours, l’agrandissement de l’hostilité dont elle souffre déjà un peu partout au pays.
Sans doute, ces cas peuvent être marginaux et ne devraient excessivement être comparés à ceux reprochés au pays. Mais il faut se rappeler que les casques bleus "accusés de viol", des allégations d’abus sexuels il y a quelques années ont été retournés dans leurs pays couverts d'immunités. Difficile de vérifier s'ils ont été punis et à quelle hauteur. Même chose pour le reste des scandales. Celui de Goma changera-t-il quelque chose ? On verra.

Au moins la RDC peut tirer profit de ce scandale, pousser l'Onu à revoir sa politique sur les crises en RDC. Il est urgent de responsabiliser l'armée, la police, les dirigeants congolais et même la population au sujet de la paix. Cela vaut mieux que l'aumône sécuritaire qu'on nous prête et qui finit par énerver comme actuellement.