« PROTÉGEONS LA NATION » : INTÉGRALITÉ DU MESSAGE DES ÉVÊQUES DE RDC (CENCO) SUR LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION

La lettre des évêques catholique adressée aux chrétiens et aux hommes de bonne volonté s'oppose clairement à la révision de la constitution, surtout de l'article 220 sur la durée du mandat du président de la République. L'Eglise estime que ce serait engager la nation dans une voie sans issue. Cet article a été verrouillé par le constituant pour exactement, disent les évêques, éviter cette modification. Depuis quelques mois, le sujet divise et la majorité au pouvoir précise de plus en plus sa volonté de procéder à cette révision pour un éventuel nouveau mandat de Joseph KABILA après 2016. Déjà la réaction du porte-parole du gouvernement ne se fait pas attendre. Lambert MENDE dénonce un procès d'intention. Le débat s’amplifie.
"LETTRE DES ÉVÊQUES DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE NATIONALE DU CONGO RÉUNIS A ROME, AUX FIDÈLES CATHOLIQUES ET AUX HOMMES ET FEMMES DE BONNE VOLONTÉ DE LA RD CONGO
Les évêques congolais. Source: www.afrik.com 
  1. Réunis à Rome à l’occasion de notre visite ad limina Apostolorum, Nous, Cardinal, Archevêques et Évêques, membres de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, saisissons cette occasion pour adresser aux fidèles catholiques, aux hommes et femmes de bonne volonté de notre pays, nos salutations chaleureuses et cordiales dans le Christ Notre Seigneur.
  2. De la Ville éternelle, nous avons fait monter vers le Seigneur une fervente prière pour qu’il bénisse notre Peuple,  qu’il lui montre un visage bienveillant et plein de grâce et qu’il lui accorde la paix ! (cf. Nb 6, 24-26).
  3. Lors de nos rencontres avec le Saint-Père, le Pape François, nous avons partagé avec lui les joies et les espoirs, les peines et les souffrances du peuple de Dieu confié à notre sollicitude pastorale. Le Saint-Père nous a assurés de ses prières pour notre pays, ses dirigeants et son peuple. En outre, Il nous a réconfortés  dans notre ministère pastoral à être « des hommes d’espérance pour notre peuple » et à apporter notre contribution » pour l’avenir heureux de notre nation.
  4. Aux tombeaux des Apôtres, Pierre et Paul, qui ont témoigné du Christ jusqu’au martyre, nous avons renouvelé notre engagement d’être les témoins de la foi qu’ils nous ont transmise. Nous avons également confié au Seigneur l’avenir de notre pays.
  5. Pour nous, l’avenir heureux de la RD Congo réside incontestablement dans le respect de la Constitution, Loi fondamentale et socle de notre jeune démocratie. C’est pourquoi, nous réitérons notre message du mois de juin dernier sur notre position, qui n’est plus un secret pour personne, concernant la révision constitutionnelle. Nous réaffirmons ainsi notre opposition à toute modification de l’article 220, article verrouillé de notre constitution qui stipule que : « La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ».
  6. En affirmant cela, la CENCO n’ignore pas que toute constitution est modifiable, mais elle rappelle que l’Article 220 a été verrouillé par le Constituant lui-même, justement pour échapper à cette modification. Cet article pose les bases de la stabilité du pays et l’équilibre des pouvoirs dans les Institutions. Le modifier serait faire marche en arrière sur le chemin de la construction de notre démocratie et compromettre gravement l’avenir harmonieux de la Nation. Après toutes les guerres et tribulations connues en RD Congo, nous sommes persuadés que les citoyens et les hommes politiques qui aiment vraiment ce pays autant que nous tous, éviteront d’engager la Nation dans une voie sans issue.
  7. Au regard de cet enjeu de taille, la CENCO demande à tous les curés et catéchistes de lire à l’intention des fidèles, son message « Protégeons notre Nation » et de sensibiliser les chrétiens dans les CEV, les Mouvements d’Action catholique, et les groupes à charisme propre, pour qu’ils s’engagent à protéger la Nation contre toute tentative de modification de l’article 220. On organisera  également dans toutes les paroisses, communautés sacerdotales et religieuses, un Triduum de prière, (du 17 au 19 octobre, Journée de la Mission universelle), pour que le Seigneur protège notre pays et son peuple.
  8. En lien avec ces directives et sans rien récuser de notre collaboration avec nos frères d’autres Confessions religieuses, nous suspendons notre participation au Comité d’Intégrité et de Médiation électorale (CIME). Toutefois, nous restons en communion de prière avec eux et par notre Commission « Justice et Paix », nous apporterons notre contribution pour la réussite du processus électoral dans le respect de la Constitution.
  9. Qu’en cette année du  cinquantième anniversaire du  martyre de la Bienheureuse Marie Clémentine Anuarite Nengapeta, Fille de notre peuple qui a témoigné courageusement du Christ, confiants en l’amour maternel de la Vierge Marie, Notre-Dame du Congo et Reine de l’espérance, de nombreux fils et filles de notre peuple se mobilisent pour protéger la Nation.
  10. De Rome, en communion avec le Saint Père et vous tous nos frères et sœurs, nous  confions l’avenir de notre pays au Christ, qui par sa croix glorieuse, a sauvé  toute l’humanité
Donnée à Rome, le 14 septembre 2014
En la Fête de l’Exaltation de la Croix glorieuse."
Source: https://docs.google.com/file/d/0B0r114rrPo25TDlSdmtfQmEzU28/edit