L’ONU : A LA QUETE DE LA PAIX OU DE L’EPEE DANS LE MONDE ?



Les drapeaux d'Israël et de la Palestine. Source: www.mena-post.com
Rwanda, République démocratique du Congo, Mali, Soudan, Egypte, Lybie, Syrie, Ukraine et Palestine-Israël… des crises qui démontrent la trop grande faiblesse de l’ONU. Loin du rêve de paix dans le monde, l’ONU devient cette institution dont progressivement des États se méfient. Pour cause : la trop grande influence des puissances avec leurs droits de vétos finalement devenus droits des marteaux ! Des marteaux qui ont écrasé toute sa substance de dissuasion si bien qu’au lieu de rechercher la paix, elle ne peut arrêter l’épée qui flotte à travers les continents. Faut-il une troisième guerre mondiale pour une nouvelle ONU ?
La perspective d’une guerre mondiale, ou au moins une qui embarque des nations et décime des populations est à craindre devant la faiblesse de l’ONU de plus en plus croissante. Si en République démocratique du Congo, l’ONU (Monusco) a le mérite d’avoir sauvé le pays du chaos après l’assassinat de Laurent-Désiré KABILA, un  assassinat qu’elle doit bien expliquer aux Congolais et au monde, elle n’a pourtant jamais été convaincante. La Monusco a toujours été une émanation des politiques étrangères du quartette États-Unis, France, Belgique et Angleterre. Ses options vont toujours dans le même sens et on sait pourquoi. Pour un maintien de la paix, quelque part dans un coin de la planète, il faut que les politiques bougent. En plus, l’ONU n’a ni armes, ni sources d’argents ni moins encore une armée.
Or il faut réunir au moins les trois, pour être efficace et espérer imposer parfois la paix et les vues aux États. Ainsi, paralysée par son inaction dans le génocide rwandais et comptant sur la contribution du Rwanda à la mission de maintien de paix en Somalie, l’ONU n’a jamais exercé une pression réelle sur ce pays qui déstabilise le Congo, comme l’a bien indiqué un rapport des experts de l’ONU. Ce rapport mettait en cause le Rwanda et mentionnait dans un de ses paragraphes, qu’il y avait lieu de parler de génocide en RDC avec implication du Rwanda. Ce pays agite la menace de se retirer de la Somalie, et Ban Ki Moon, en toute marionnette qui se respecte, choisit de falsifier le rapport pour gommer la section qui a déplu à Paul Kagame.
Où ils sèment la désolation, ils disent paix !
Palestiniens et soldats israéliens. Source: fr.sott.net
Aux Soudans, au Mali, en Libye et partout où ont éclaté les conflits, l’ONU a montré les mêmes faiblesses. Toujours, elle se range derrière les positions de ces États qui souvent, sont derrières les conflits. Ils vendent les armes, pillent les ressources naturelles : pétroles, minerais et bois ; et reviennent avec des discours de paix. « Ubi solutudem fachent, ibi pax appelant » ! (NDLR : Où ils ont semé la désolation, ils disent qu’ils ont créé la paix).
Une 3e guerre mondiale pour une nouvelle ONU ?
N’est-ce pas révoltant de constater qu’en Syrie comme d’ailleurs en Libye, cette ONU n’a jamais rien fait de sérieux ? Combien de morts faut-il pour qu’enfin cette organisation à la quête de la paix sous toutes ses formes se meuve : 8 millions en RDC, et pour quelle action concrète ? 800.000 au Rwanda pour reconnaître le génocide ? En faut-il autant en Palestine où le Goliath Israël et ses parrains n’inquiètent personne et déciment impunément des centaines d’innocents ? Et quand est-ce qu’il y a crime : lorsqu’un palestinien revendique ses droits et libertés ou lors qu’Israël les droits à une patrie ? Certes, il y a des nuances à effectuer : l’extrémisme de certains palestiniens est à condamner. Mais Israël s’obstine à bloquer toute issue à la crise comme si la solution s’obtiendrait par les armes. La Palestine a droit de vivre et d’exister !
Un militaire d'Israël contre un palestinien. talent.paperblog.fr
J’espère pour ma part que tant que cette injustice des puissances face au reste du monde perdurera, et que par exemple Israël aura toujours raison de tuer, massacrer et décimer des communautés, tant que le Rwanda aura toujours le soutien des puissances et bénéficiera de l’inaction de l’ONU, tant que cette ONU laissera Bashar al ASSAD continuer en toute impunité à faire ce que bon lui semble, alors… alors le monde ne sera jamais en paix, et bientôt en pièces !
Puisque finalement, personne ne voudra se faire dominer, tout le monde s’armera jusqu’aux dents, tout le monde boira sa colère et finalement, ce sera une guerre sans fin, une guerre qui fera bien mal que les deux premières. Et, c’est dommage qu’ayant, semble-t-il, bien mesuré les conséquences de ces deux événements iniques, le monde coure encore les risques de rechuter, parce qu’il faut se plier aux caprices de ceux qui entretiennent l’ONU. C’est ainsi que l’ONU ne vaut rien, n’inspire de respect à personne. Souvent, on préfère arranger avec ceux qui entretiennent cette organisation plutôt que de se plier à elle. Après tout, n’est-il pas préférable d’avoir affaire au bon Dieu qu’à ses saints anges ?