JOURNÉE NATIONALE DU BARREAU : COMMENT SE PORTE LA JUSTICE AU KATANGA ?

Prestation de serments des avocats àà Lubumbashi. Photo M3 Didier, 2014.
Des procès truqués avec complicité d’Avocats-Conseils, trafic d’influence, des jugements rendus à l’insu des concernés qui souvent sont surpris, sommés de déguerpir, quitter leurs maisons, … autant de maux qui rongent la justice au Katanga, aussi bien qu’ailleurs en République démocratique du Congo ; un état de lieu de la justice au Katanga, dressé ce jeudi à Lubumbashi, par le bâtonnier du Barreau de Lubumbashi. Tout le monde a intérêt à ce que la justice fonctionne normalement.
Le bâtonnier Jacques SHESHA, dans sa communication centrée sur « le rôle de l’avocat », avec une portée sociale, a dressé un tableau pour le moins sombre de la justice au Katanga. On ne peut s’en contenter. La justice appartient en réalité aux riches, même s’il a reconnu qu’il y en a deux, une justice à double vitesse : pour les riches et pour les pauvres. Malheur pour ces derniers, puisqu’ils n’auront pas souvent raison devant les tribunaux. Il arrive parfois que des avocats sensés protéger et défendre les intérêts et la cause de leurs clients, se liguent avec les magistrats, tout autant véreux, pour ruiner les faibles. Il y a alors des procédures dilatoires de renvois de procès qui se multiplient.
Bâtonnier J. SHESHA, Barreau de Lubumbashi. Phtoto M3 Didier, 2014.
« Beaucoup d’avocats commencent à avoir peur de la Justice, parce qu’ils ne rassurent plus leurs clients,  a lancé Jacques SHESHA. Devant la justice, il n’y a pas de petits, pas de grands. » Oui, mais ...! Mais…, si l’on considère cette réalité qu’un journaliste a relevée : « la famille présidentielle ». Devant cette dénomination, certains citoyens se croient permis de tout faire et intouchables. Un comportement qui met mal à l’aise aussi bien la vraie famille présidentielle que les auxiliaires de la justice.

Le barreau de Lubumbashi. Photo M3 Didier, 2014.
Certes, des citoyens sérieux, parmi les avocats et les magistrats sont nombreux. Mais les aventures de leurs confères les sapent tous. La vie est ainsi faite, surtout en ce qui concerne les corporations. Il y a nécessité de refonder la justice aussi bien en province que partout en République démocratique du Congo. Les autorités politiques et administratives s’appliquent à réhabiliter des infrastructures, le palais de Justice de Lubumbashi, par exemple. Action louable, mais il faut beaucoup plus changer, au-delà du bâtiment, l’intérieur des animateurs de la justice, a plaidé le bâtonnier Jacques SHESHA.