RDC : LE MARTYRE DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE



Des fonctionnaires de l’État. Photo radiookapi.net
Il n’y a pas que les privés qui sont à la base de l’insécurité sur le plan social des travailleurs en RDC. L’Etat, réputé payeur pas très bon, du moins pour ce qui concerne lespetits travailleurs, entretient une situation qu’un député a qualifiée « d’insupportable » ce mercredi 28 mai 2014 à l’Assemblée nationale.
Les questions orales adressées au gouvernement, c’est souvent qu’il y en au parlement congolais. Celle de ce mercredi a eu la particularité de mettre à nue un système compliqué, confus et à la limite, mafieux ! Le député Grégoire MIRINDI a patiemment, non sans peine, 11 irrégularités relevées dans le domaine des employés de l’Etat, la fonction publique. Il a parlé notamment des fonctionnaires immatriculés non payés, des agents recensés qui ne reçoivent que des primes, des immatriculés sans salaire ni prime, des retraités sans indemnités ni prime, … la liste est longue.
Tout cela a la particularité de nuire davantage au tissu social des milliers d’employés dans les services de l’Etat, eux et leurs dépendants. Et ceux-là même qui sont payés, que cela s’appelle salaire ou prime, ils ne peuvent ni se faire soigner, ni se nourrir leurs familles ou moins encore payer la scolarité des enfants. « Il y a péril en la demeure », alerte le député MIRINDI.
Il y a une année, en grande pompe, le gouvernement menait une opération de recensement de la fonction publique. Dieu seul sait combien des fictifs, morts et fantômes percevaient l’argent de l’Etat depuis des décennies ! Au grand regret, après l’épuration des listes, contre toute logique, l’augmentation des salaires ou la création de nouveaux emplois en remplacement des fictifs n’ont pas suivi. Or, les dividendes de ce recensement sont bel et bien là.
N’est-ce pas drôle, et même grave que l’Etat qui devrait, lui, peser de son poids et surtout prêcher par l’exemple en sécurisant ses employés pour qu’enfin, les privés qui font ce qu’ils veulent au mépris de la loi respectent les congolais ? Des employés sans salaires, des agents qui ne perçoivent que des primes, des retraités sans indemnités… On est en droit de se demander où va l’argent sauvé, repêché après le recensement ! Et ce gouvernement tant vanté, ne peut-il pas mieux que bancariser ? Que pourrait bancariser un agent de la fonction publique en RDC ?