17 MAI 2014 : IL Y A 17 ANS QUE TOMBAIT LE ZAIRE

Laurent-Désiré KABILA, passage en revue des troupes.
Il y a 17 ans que tombait le long règne du Maréchal MOBUTU au Zaïre. L’AFDL, Alliance des forces démocratiques pour la libération, une plate-forme composite des mouvements opposés au régime de Mobutu soutenue par le Rwanda et l’Ouganda conduisait  ainsi un nouvel ordre politique dont les maîtres-mots étaient : Liberté, Démocratie et Justice.
Ce nouvel ordre politique va s’estomper ou pour le moins, s’édulcorer avec les divisions internes à l’AFDL dont Laurent-Désiré KABILA lui-même dira qu’il s’agissait d’un « Conglomérat d’aventuriers » pour expliquer son éloignement d’elle. De là sont parti tous les maux dont les conséquences sont vécues encore à ce jour, 17 ans après.
Finie l’Alliance, les frères d’armes, compagnons de Laurent désiré KABILA au jusqu’au 17 mai, la chute de Kinshasa, retournent au maquis et s’attaquent à lui. Il faut dire que la vraie dissension se  produit entre le Rwanda et le l’Ouganda. Les rwandais, selon un propos de Laurent-Désiré KABILA et ses proches d’ailleurs, commençaient à se conduire en conquérants. Ils tuaient, massacraient, extorquaient des biens, même des femmes d’autrui. Cela ne pouvait pas durer, surtout à Kinshasa, une ville à la population  acquise à la politique. En réalité, les Rwandais voulaient plus de pouvoir sur Kabial, sur l’économie, les mines comme contrepartie de l’aide de Kagame à la chute du Maréchal. Les rwandais sont chassés de Kinshasa, d’autres tués à l’explosion des rebellions.
Mobutu (g) et Kabila (d) sous la médiation de Mandela (c) en négociation.
Il y a aussi et surtout cette fameuse communauté internationale avec une ONU complaisante comme lorsqu’elle laissait assassiner LUMUMBA ou lorsque ce produisait les massacres au Rwanda genèse du malheur congolais aujourd’hui, qui a déstabilisé le pays  pour essayer de dompter KABILA. Bombardé Marxiste, comme LUMUMBA en 1960, la raison était trouvée pour le tuer. KABILA sera assassiné le 16 janvier 2001 avec sans doute la complicité des puissances notamment les USA. Plusieurs événements donnent à y croire : le fait  que l’ambassadeur des USA a quitté  Kinshasa  la veille de l’assassinat sans explication.
Malgré cela, KABILA est resté un héro et le peuple congolais le lui reconnaît. L’idée d’une nation congolaise, certes abordée par Mobutu et malheureusement détruite encore par lui, la prise de conscience de la nécessité de rester uni et une nation, devenir fort, bâtir une économie forte et se faire respecter… des idées qui ont pris force avec L-D. KABILA.