GENOCIDE RWANDAIS : UN FONDS DE COMMERCE POUR PAUL KAGAME


800.000 morts au Rwanda, 6 millions en RDC!

Une semaine de deuil national, le Rwanda se souvient du massacre de 800.000 tutsi. L’événement a fait le tour du monde, depuis 1994. Le nouveau régime, alors de plus en plus mis en cause par des sources de plus en plus dignes de foi, continue d’imposer ses vues et même, d’attaquer. Un génocide qui a créé l’irréparable en République démocratique du Congo et que le monde s’obstine à ne pas regarder : plus de 6 millions de morts en RDC,  et le pillage des ressources naturelles, le prix à payer pour avoir accepté les rwandais génocidaires.
La communauté internationale, c’est dire France, Etats-Unis, Angleterre, Allemagne, Russie…, venait par inaction ou négligence, de laisser se produire un massacre bien couvé depuis le régime colonial discriminatoire belge. Les tutsi présentés longtemps comme de gens développés, parce que ressemblant aux blancs, doués mieux que les hutu, les bantu, venaient de perdre leur pouvoir. Malheureusement, pour les hutu majoritaires, l’heure de la Revenge avait sonné. Majoritaires, ils ne vont pas se suffire de cela. Ils vont essayer de dominer. Le résultat, devant des frustrations des leaders politiques, encore eux dans cette Afrique bananière, est grave : rébellion ! Parmi les chefs rebelles, le général Paul KAGAME, bien formé aux Etats-Unis. Il a été cité en 2013 dans une enquête de Libération, un quotidien français qui se basait sur des éléments fouinés dans les archives de l’ONU à New-York. Cette enquête a révélé qu’alors que le Rwanda et la France s’obstinaient à répéter que le FRP de Paul KAGAME n’avait aucun missile sol air capable de tirer sur l’avion du président Habyarimana. Bine le contraire, a démontré Libération. Bien avant, le juge français Brugyère, révélait à l’issue de son instruction, que Paul KAGAME est l’avion du président Habyarimana. C’est cet assassinat qui a déclenché, le 7 avril 1994, un génocide.
Un cimetière des victimes du Génocide du Rwanda
Il faut le dire, un génocide qui n’est pas le premier dans l’histoire du Rwanda. Si les tutsi y ont péri, ils n’ont pas été les seuls victimes. Des hutu étaient aussi massacrés, notamment par Le FPR de Paul KAGAME qui voulait à tout pris, avoir la gestion du pouvoir malgré les accords d’ARUSHA. On comprend alors que, lorsque des leaders rwandais comme le pauvre KAREGEYA assassiné en RSA, le général KAYUMBA NYAMWASA que le régime cherche à tout pris à supprimer, dit qu’il a des preuves de l’implication de KAGAME dans l’assassinat d’Habyarimana, il faut le prendre au sérieux.


On ne peut pas dire de cette affaire qu’il y a anguilles sous-roche, mais qu’il y a grande présomption de culpabilité de KAGAME. L’ancien secrétaire de l’Elysée sous le président Mitterrand, Hubert VIDRINE sur lâché « On aurait dû ne pas intervenir », se regrettant que le seul pays qui a essayé de s’agir en pour éditer le pire, essuie aujourd’hui plus de critiques et attaques que ceux qui n’ont rien du tout fait. Sans doute, il y a matière de critique sur l’attitude de la France dans cette affaire. Mais il y a dans l’agir du pouvoir Rwandais, quelque chose qui est alertant. Pourquoi hait-il la France ? Est-ce parce qu’elle en sait un peu trop sur la responsabilité de KAGAME dans le génocide qui est devenu pour lui l’excuse à sa dictature et au pillage et guerre qu’il perpètre en RDC ?  
Une victime d'un massacre en RDC
On peut alors comprendre que cet homme, devenu véritable bête du pouvoir et un petit fils de Mobutu, Sékou Toué et tout ce qui peut désigner la dictature bestiale africaine, s’organise chaque fois pour tirer sur la France. Loin de vouloir s’attirer la foudre des puissances qui pourraient lâcher le morceau, KAGAME est assuré d’une chose : l’affaire est salle, personne des tous les impliqués n’oserait dire plus la vérité et espérer en sortir indemne. Mais s’il en fait un peu trop, déjà c’est trop ! il pourrait se nuire. Sauf un ouragan politique, un tsunami dans les dossiers top secrets de l’ONU, obligerait les dirigeants à lâcher le morceau. L’affaire du génocide rwandais, c’est au Rwanda avant tout.
Tant que le monde n’aura pas compris que KAGAME vit de ce fonds de commerce, jamais la paix ne reviendra au pays et peut-être dans la sous-région tout son règne. Une chose est vraie, il y a eu génocide au Rwanda, le reste est construction du pouvoir. Le pourquoi et le comment reviennent à KAGAME. En dernière lecture, c’est se moquer de la mémoire des morts que d’oser se servir d’un événement aussi regrettable pour se maintenir au pouvoir et continuer impunément à piller et son voisin qui, de bonne fois, a accueilli des personnes malencontreuses, les hutu génocidaires, mais qui malgré leurs forfaits, avaient droit à la vie et à un asile quelque part  dans un coin de la l’humanité.