MANGER DU CHIEN, UN ARRETE D'UN MINISTRE DU KATANGA CHOQUE LA SENSIBILITE, UDPS CRIE AU SCANDALE

Les chiens sont aussi des animaux consommés

Qui a dit que les goûts et les couleurs se discutent pas? Eh bien, elle est là, la discussion au tour de goût. Plus qu'une simple discussion, l'affaire est sérieuse surtout qu'elle touche à des communautés. Tenez! Un ministre interdit de manger du chien à Lubumbashi. L'affaire étonne, choque et finit par créer un débat. Ce mercredi, l'UDPS Katanga s'est déclarée sur l'affaire! Enfin, on y est et c'est parti pour ce qui aurait pu être évité.

Ce n'est un secret pour personne: le 8 février dernier, le ministre provincial de l'environnement et protection de la nature, Audax SOMPWE, a donné l’ordre au maire et aux bourgmestres de traquer ceux qui consomment de la viande du chien. L’abatage de chiens aurait, semble-t-il, atteint des proportions inquiétantes que l’autorité a estimé qu’il était temps d’intervenir. « Le chien reste un compagnon de l’homme, un animal qu’on avait l’habitude d’emmener à la chasse », mérite une protection. C’est sans conteste vrai ! Au Katanga, d’après nos sources citant le ministre, on ne mange pas du chien !

Ce qui choque ce n’est pas que le ministre ait pris pareille décision ; mais plutôt, que décidant sur cette affaire, il n’ait pas réalisé qu’il était à la limite d’une stigmatisation d’une communauté.

Contexte

Le contexte lushois actuel permettrait de mieux appréheznder cette affaire. Depuis 2006, la démographie de la ville et de la province galoppe. Au nombre des causes, une immigration avec espoir d’un bien-être dans un Katanga promis « à élever au rang de Johannesbourg ! » Parmi ces immigrants figurent des baluba du Katanga qui seraient à ce jour plus nombreux. Les discoursstigmatisants ne manquent, surtout que des noms comme Manseba contribuent au renforcement de l’existence d’une communauté qui serait différente des autres à Lubumbashi, plutot qu’un simple nom ou métier.

Et ce sont ces Manseba, désormais terme qui désigne bien plus qu’un mortad, qui seraient les consommateurs inquiétants de chiens. Et on serait arrivé au point om les chiensq seraient menacés de disparition ! On sait bien que parmi les baluba du Kasa¨¨i, figurent des consommateurs de chiens. C’est bien cela qui est inquiétant : qu’une mesure d’un ministre n’échappe pas à ce qui pourrait nuire à des citoyens !

L’UDPS Katanga, se basant sur le prescrit de l’article 202 de la constitution de la RDC, point 25, alinéa 3, il n’est pas du ressort d’un ministre provincial d’interdire la consommation d’un aliment. C’est une compétence exclusive du gouvernement centrale, précise l’article. Ainsi donc, en plus de stigmatiser, la mesure du ministre de la protection de l’environnement se couvre d’une inconstitutionnalité ! Dommage, si cela est confirmé comme tel par la loi !