CONCERTATIONS NATIONALES + KAMPALA MOINS LA C.N.S = ZERO ?

Des délégués aux concertations, photo okapi.net
Après la fougue contre le « per diem » de 50 dollars le jour pour les participants aux concertations nationales, après une première prolongation de la durée de ces assises, voici qu’une autre prolongation se dessine à Kinshasa. Tout le décor est progressivement planté pour que cette quatorzième rencontre inter-congolaise ressemble en tout à toutes les précédentes dont on connaît la fin : échec et perte de temps et des moyens. Des entrées tardives des groupes armés (à 48 heures de la fin), attente de la fin des négociations sempiternelles de Kampala, chose qui n’a pas été prévue au programme, et voici à présent des dissidences ou le moins, des claquements des portes. On pourrait bien  dire : Concertations nationales + Kampala moins la Conférence nationale souveraine (CNS) et le Dialogue inter-congolais … égalent zéro.
Mobutu Sese Seko, ex président qui convoqua la CNS 
Il faut avoir mal d’être pessimiste dans la vie. Mais ici, je crois bien, il n’est pas question de  pessimisme. Tous les indicateurs sont au rouge, et le message est progressivement clair. Kamerhe, Tshisekedi et quelques opposants réfractaires peuvent dorénavant, et malheureusement, se frotter les mains. Le forum de Kinshasa aurait pris gènes de la CNS : on mise sur l’argent comme en business, on ne vise pas l’urgence constatée par le président de la République, on veut brader l’opportunité en vue de se partager les postes… Kengo l’a bien  annoncé en amont des assises en cours : « un gouvernement … sera formé » à l’issue des travaux entamés. Depuis, adieux urgence et bien venues les surenchères politiques  et le business !
Etienne Tshisekedi en plénière de la CNS

Oui, surenchères, j’y crois bien. Le MSR, le mouvement social pour le renouveau, donné  comme le second poumon de la MP (Majorité présidentielle) s’y est bien appliquée, la vielle des concertains, après la condamnation du député MUHINDO ZANGI par la C our suprême de Justice pour ses propos tenus dans un médias de Goma,  sur la guerre à l’Est. Le chef de l’Etat, sans douté pris de secousses, s’y est personnellement impliqué pour arrêter l’hémorragie. Non ! C’en était pas une. Mais une surenchère. Et ça, il n’a pas arrêté. La condamnation du député était une bonne opportunité pour faire d’une pierre deux coups : faire libérer le député dont on voudrait coudre les lèvres, et surtout rappeler qu’on pèse fort.
Etienne Tshisekedi à la CNS
Plus de deux fois, en moins de 20 jours de travail, au groupe thématique DDR et conflits  armés, des délégués ont arrêté de travailler au motif qu’il faille laisser participer des groupes rebelles. Enfin, ils sont entrés ; à 48 heures du temps réglementaire alors qu’en réalité, en ce temps, on devait déjà peaufiner des rapports ou recommandations. C’est une manœuvre politicienne zaïro-congolaise dont le but est de tirer les choses en longueur. Ça, c’est congolais et c’est kinois !
Puisque les 50 dollars ne satisfont guère, il faut passer beaucoup de temps afin de gagner beaucoup. Surtout, avec l’opération retour, il faut que ceux qui ont acheté leur accréditation  sachent rétrocéder aux bienfaiteurs. Une honte,  si l’on sait que  le Smig congolais  et de 1.83 FC le jour. Je n’exagère pas, croyez-moi. Comment comprendre qu’un forum ouvert à 699 personnes reçoive le double sans que l’on ne se pose de questions ni que l’on exclue des malvenus, si non que ce n’est une entente des organisateurs ? Et c’est de l’argent du contribuable que l’on dilapide lorsque ça dure. Il semble pourtant que tout le monde a reçu le même badge valide… !
Le Kabiliste (LDK) Mwenze Kongolo
Hébété ou embêté ? Pourvu que cela ne soit pas aussi une surenchère ! Mwenze Kongolo, ex ministre de l’intérieur sous LD Kabila vient de claquer la porte des concertations. Il dit vivre des choses dignes de la deuxième République. C’est-à-dire, de la dictature, des cabales bien planifiées, bref, des ententes préalablement définies pour rester le plus longtemps possible au pouvoir. Il ne croit pas à un forum sérieux, capable de relever les défis qui s’imposent à la RDC, lui qui a été à plusieurs autres concertations ou dialogues, depuis mais 1997. C’est bien cet esprit et cet agir qui ont caractérisé la CNS, un de grands rendez-vous manqués congolais. Un autre groupe vient lui aussi de se retirer ce vendredi 27 septembre.
Je ne dirais pas que le Congo coule. Mais reconnaissons que « Mon  pays  va mal ». Il va de  mal en mal, de mal en pi. Je commence à me demander si Kamerhe et Tshisekedi n’ont pas eu raison. 14 rencontres nationales pour rien, ça c’est une honte, une tristesse pour ma génération qui est née sous la dictature, et qui grandit sans modèles. Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour rattraper le retard et se faire respecter ? Non ! Tout n’est pas fini. Je crois que parmi les délégués au forum en cours, des amoureux du Congo existent. Même s’ils sont  tellement peu nombreux qu’ils ne peuvent se faire entendre, dans cette démocratie qui signifie que la minorité a toujours tort. Avec eux, que Dieu bénisse la République démocratique du Congo.