KING AMENOPHIS, Artiste Musicien Lushois


Découvrez un talent de music avec KING. Il chante en Français te en Swahili!
Omer Tshitshi Kalonji naît le 24 novembre 1984. Il est le quatrième d’une famille de huit enfants, fils de Kalonji Mukendi et de Margueritte Mulanga. Avant ses premiers textes qu’il signe en 1999, Aménophis se lance en musique comme rappeur interprète. Son destin de rappeur l’arrache à tout ce qu’il préfère et lui déroule le tapis musical. Aujourd’hui, s’il sait bien faire le récit de ses premiers pas de jeune rappeur, il ne peut pas se souvenir de ce qui a pu le motiver à préférer la musique à tout, même à son diplôme et à ses talents de brillant mécanicien. « Je suis né rappeur, car franchement je n’ai pas choisi le rap…c’est le rap qui m’a choisi », c’est comme ça qu’il répond aux interrogations des autres, et aux siennes, sur son choix pour le rap. Ses débuts de rappeur buttent sur un passif du style de musique qu’il fait, le rap. Le rap est à alors estampillé comme une musique des pègres, des voyous. L’image des rappeurs américains et celle d’une catégorie de rappeurs locaux, peu recommandables, éveillent le désaccord de plusieurs parents dont les enfants succombent à la tentation du rap. Les parents d’Aménophis sont dans ce lot. Ambitieux, Aménophis se résigne à ses débuts difficiles sans ne nullement renoncer à l’exercice du rap. Il se risque à le faire sans que ce soit connu de sa famille. Il s’inspire, admire et interprète des rappeurs comme MC Solar, Doc Jeneko, Passy ou Shabaranks. Il progresse sur cette lancée s’arrachant du renom à l’école, particulièrement dans les festivités scolaires.
C’est à la croisée de l’altérité qu’il modifie sa propre acception du rap. Il réalise (poussé en cela par Kaiman et Menès de l’Apocalypse Tikes) que l’identité de rappeur s’acquiert non pas à travers l’interprétation des autres, quel que brillante que soit la virtuosité que l’on en ait, mais à travers sa propre plume, sa propre écriture, ses propres textes qui font son propre rap. C’est un tournant dans la vie du jeune rappeur qui s’impose une formation personnelle.
 Fils N.