DOCTHA DELARANTA, Artiste Musicien Lushois


Né Mirindi Bagula Bamwami Murambu le 24 avril 1980 à Lubumbashi, Docta Delaranta est fils d’Emmanuel Mirindi et de Léonnie Nansa. Il est détenteur d’un diplôme de graduat en informatique de gestion. Il montre très jeune un potentiel artistique et des prédispositions intéressantes pour les arts scéniques. A l’école, cela l’amène à faire régulièrement partie des élèves sélectionnés pour déclamer des poèmes, exécuter des chansons, incarner des rôles dans les sketchs lors des journées culturelles ou commémoratives. C’est sans espoir de faire carrière plus tard. A l’école secondaire, les atouts artistiques de la tendre enfance se muent en une déterminante passion pour le rap. Résigné, Mirindi ne peut que prendre goût. Il s’essaie au rap, s’amusant à faire de ses récitations des morceaux de rap. Ces débuts sont purs tâtonnements mais le potentiel et la conviction de Mirindi restent prometteurs. A mesure qu’il fait du rap, la certitude de la vocation musicale le comble et détermine son regard à mettre le cap vers une carrière professionnelle.
C’est en 1997 que Docta sort sa première chanson titrée « Poussons l’ennemi loin ! ». Le morceau est circonstanciel car le pays est alors en proie à une guerre d’agression. A propos de la vidéo de cette chanson réalisée au moyen d’une caméra H8, l’artiste se targue d’être le rappeur dont le clip est diffusé pour la première fois sur la RTNC, la télévision nationale.
En 2001, il lance le titre « Massacre », une chanson hommage à Laurent Désiré Kabila fauché par un assassinat la même année. Ce titre, né de la plume du célèbre comédien Nzembela, Docta l’exécute en duo avec Freeman Mulaji, qui est devenu son manager.
Docta ne se limite pas sur les thèmes qui font ses chansons. Sa thématique repose sur son petit monde, sa société. Pourvu qu’il dise « tout haut ce tout le monde chuchote et encourage ce qui doit l’être ». Il voltige, des thèmes légers aux plus engagés. Cette diversité, qu’il veut richesse pour sa musique, il l’apporte aussi dans son style musical. Sa musique, il la veut standardisée et sans frontière. C’est une musique de variété comme il aime à la désigner. Pour ses enregistrements antérieurs, on peut l’entendre voyager musicalement entre le slam, le hardecore, le ragadansoul, le RPK (rap purement Kinois), le rap classique ou métissé. Cette passion pour l’éclectisme le rend improbable et difficile à pister.
Docta est auteurs de deux albums, Fanal 1 et Fanal 2. C’est en 2007 que le grand public congolais découvre Docta Delaranta sur le titre « Lingroot city » exécuté avec Trilingue, son groupe.
Fils N.