Raymond : « Lorsqu’on évoque les TIC, on voit directement Internet »



Chef de Travaux Raymond LUHEMBWE,

Spécialiste et enseignant d’informatique, réseau, multimédia, NTIC, … à l’UNILU.
Quel est l’apport des NTIC au département des SIC ? Propos recueillis par Didier Makal

Il faut dire que les Technologies de l’information et de la communication ne sont plus nouvelles. On parle désormais des Technologies de l’information et de la communication : la radio, la télévision, etc., ne sont plus nouvelles.
Les nouvelles technologies de l’information et de la communication représentent l’essentiel des technologies informatiques qui  contribuent à une véritable révolution socioculturelle, surtout leurs applications dans le champ économique. L’avènement principal des TIC est sans contexte, le réseau Internet qui ouvre notamment la voie à la société de l’information, au macro-organisme humain et au commerce électronique. Les TIC englobent l’Information, les Télécommunications et l’audiovisuel. Un futur communicologue est dans l’obligation de maîtriser ces technologies, à savoir : utilisation de l’ordinateur comme outil pédagogique : traitement de texte : Word, Excel, Access, Power Point, Publisher, etc. ; le Dessin assisté par ordinateur, les Bases de données, le multimédia interactif, l’enseignement assisté par ordinateur, l’Hypermédia. Mais aussi pour la communication : les basiques interactives d’informations, les courriers électroniques, le système informatisé de conférences, la communication multimédia, le multimédia (le multimédia associe les textes, sons, images fixes et mobiles).
Utilisation d’internet : lorsqu’on évoque les TIC, on voit directement Internet. La question se pose de savoir s’il faut l’intégrer dans les outils pédagogiques au même titre que d’autres outils hypermédia.
Le principal problème apporté par Internet est son ouverture. Les étudiants peuvent accéder à des nouveaux savoirs non prévus dans le cursus. L’enseignant voit alors surgir des nouvelles questions pour lesquelles il ne connaît pas forcément la réponse. C’est une situation pour laquelle il n’est pas toujours préparé. Nous pensons, cependant, que l’ouverture au monde, malgré les difficultés qu’elle entraîne, est un défi que l’enseignement se doit de relever.
Qu’est-ce qui motive à intégrer les TIC en SIC ?

L’intérêt personnel envers le premier déclencheur, surtout pour les cours par Internet. Cette motivation se retrouve aussi dans l’intégration d’autres outils de présentation. Cet intérêt se manifeste aussi pour la vidéoconférence qui constituait un défi pour certains professeurs, bien que son utilisation ne fût pas un choix personnel au départ.
Le souci pédagogique est aussi un élément de motivation important. L’utilisation des TIC est motivée en grande partie par le désir d’augmenter la qualité de l’enseignement et des apprentissages ainsi que la préoccupation  de faciliter la communication entre professeur et étudiants.
Pour terminer, il est quand même regrettable de ne pas pouvoir introduire correctement les TIC en SIC. Car, nous n’avons aucun PC (Ordinateur), pas de salle informatique, pas d’Internet, aucun appareil multimédia.